Du Parti populaire des putes, de la décriminalisation version Kamala Harris et de l’absence des travailleuses du sexe dans le discours des politiciens canadiens.